Édito octobre 2015

C’est déjà l’automne, les vacances loin derrière nous, tout le monde a repris ses activités. Le Conseil Municipal n’y a pas échappé et fait face aux nombreuses contraintes, malgré un budget d’accompagnement nettement revu à la baisse par l’Etat.

 

Tout d’abord en urbanisme. Comme je vous l’avais annoncé, c’est dorénavant la CC2V (Communauté de Communes des 2 Vallées) qui instruit pour notre compte les permis de construire et les déclarations de travaux, en respectant, bien entendu, le règlement du POS (Plan d’Occupation des Sols). Je rappelle que ces demandes sont obligatoires dès l’instant où l’on entreprend des modifications extérieures sur sa propriété (terrasses, châssis de toit, clôture, portes et fenêtres n’y échappent pas…)

 

Mais la principale nouvelle vient du Plan Local d’Urbanisme (PLU). En effet, nous avons eu la mauvaise surprise d’apprendre que l’Etat nous contraint à la prise en compte de la construction de plusieurs dizaines de propriétés d’ici l’horizon 2030. Outre le fait que nous sommes farouchement opposés à une urbanisation galopante, le territoire communal ne permet pas une mise à disposition de terrains constructibles aussi importante. D’autant plus qu’il nous est interdit d’empiéter sur l’espace agricole… Le Conseil Municipal s’est donc vu dans l’obligation de trouver une cinquantaine de sites constructibles pour pouvoir valider ce PLU. Reste à soumettre cette proposition à l’ensemble des organismes associés.

Aussi, je vous prie de rester vigilants et de participer aux réunions publiques d’informations. Une partie de l’avenir de Gironville s’y jouera…

Nous avons signé la Charte de gestion des chemins en partenariat avec le Parc Naturel du Gâtinais français. Après un travail de reconnaissance et d’identification déjà bien entrepris avec l’aide de quelques habitants motivés, une gestion de terrain devrait permettre de garantir un entretien régulier de ces sentiers. Parallèlement, avec le SIREDOM, un travail d’enlèvement rapide des dépôts sauvages est mis en place. N’hésitez donc pas à signaler en Mairie toute infraction à cette règle de civisme élémentaire qui vise à ne pas déposer ses déchets sur le domaine public.

 

Les coups de vent successifs ont eu raison de quelques arbres dans le marais du château. Ils ont eu la mauvaise idée de s’abattre sur deux passerelles. Heureusement, les équipes du SIARCE (le Syndicat qui s’occupe de la rivière) sont rapidement intervenues. Il n’en reste pas moins que plusieurs arbres restent menaçants et que nous sommes dans l’attente d’élagage et de réparation des passerelles.

 

Avec l’aide du SIARCE, des travaux ont été aussi entrepris pour éviter l’inondation de quelques propriétés de l’Allée des Peupliers. Une dérivation a été creusée afin de permettre l’écoulement des eaux de ruissellement directement vers l’Essonne.

Je conclurai en souhaitant la bienvenue aux nouveaux Gironvillois (et il y en a). Je me tiens à leur disposition, comme pour vous tous, afin de répondre aux éventuels remarques et questionnements.