Edito décembre 2014

Edito décembre 2014

Notre Communauté de Communes (la CC2V) échappe à la refondation géographique qui touche la plupart des regroupements de municipalités en Ile de France. En effet, bien que n’atteignant pas le seuil des 20 000 habitants fixé par l’Etat, la CC2V peut continuer de fonctionner avec ses quinze communes. Mais ce sursis doit nous engager à réfléchir à d’autres éventualités de rapprochement avec des territoires voisins de façon à augmenter notre population de communauté de Communes, et présenter ainsi un programme de mutualisation conforme à ce que l’Etat en attend. Car les subventions de ce dernier seront calculées sur notre capacité à regrouper les services : la piscine, le balayage des routes, le numérique, le soutien à l’implantation d’entreprises, le tourisme, l’aide au maintien à domicile, l’emploi des jeunes…sont des missions que la CC2V remplit déjà pleinement. D’autres domaines restent toutefois à l’étude comme le Transport A la Demande (TAD) ou l’Administration du Droit des Sols (ADS).

Autre souci…Du fait de l’annulation des élections municipales de Dannemois, notre représentativité au sein de la CC2V risque d’être bouleversée. En effet, la loi prévoit qu’en cas d’annulation d’une élection d’une des communes membres, l’attribution des sièges doit se faire conformément à l’article L 5211-6-1-III. Gironville Sur Essonne n’aurait alors plus qu’un seul représentant comme tous les autres petits villages contrairement à Maisse, Boutigny et Milly, qui passeraient respectivement à 4, 5 et 8 conseillers communautaires. Heureusement, nous travaillons dans une bonne entente, mais les voix des trois grosses villes deviendraient majoritaires…A suivre, le Sénat a modifié cette résolution et l’Assemblée Nationale doit maintenant s’en saisir…